Rencontre avec une apicultrice

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

En savoir plus sur les abeilles...

L’équipe de Picadelo, pour la création de sa box d’activités enfant consacrée « aux abeilles » est partie à la rencontre d’Anne-Laure, apicultrice pour en savoir plus sur ces petits insectes et leur rôle essentiel… Les enfants et les parents pourront retrouver dans cet article, en complément du magazine de la box adaptée aux enfants de 3 à 7 ans, des réponses concernant le métier d’apiculteur, ou encore que faire en cas de piqures d’abeilles…. Bzzz….bonne lecture !

Rencontre avec Anne-Laure, apicultrice (69)

1. Anne-laure, depuis combien de temps êtes-vous apicultrice ? L’apiculture est-ce votre métier ou une passion ?

Historiquement, mes parents pratiquent l’apiculture depuis plus de vingt ans et j’ai toujours aimé participer au travail sur les ruchers avec eux… j’ai donc appris assez jeune ! Depuis une dizaine d’année, je pratique plus activement l’apiculture avec la gestion de mes propres ruchers. Ma production n’est pas assez importante pour vire de l’apiculture. Cette activité est donc plus une passion pour moi, avec pour élément essentiel le contact avec la nature.

Abeilles entrant dans la ruche
Retour à la ruche des abeilles butineuses

2. Combien avez-vous de ruches ?  Peut-on vivre des produits de la ruche aujourd’hui ?

Aujourd’hui je gère une trentaine de ruches réparties sur 3 ruchers localisés à moins de 20 km de chez moi.

La production d’une trentaine de ruches ne permet pas un bénéfice suffisant pour assurer un salaire minimum. De plus, la production est aléatoire d’une année sur l’autre, avec les aléas climatiques, la gestion des ennemis des abeilles (frelons asiatiques, parasites des abeilles…). Une activité salariée complémentaire à temps partiel me permet d’assurer un revenu complet.

3. A quel moment se situe le plus gros du travail pour un apiculteur ? A quelle période peut-on récolter le miel ?

Le travail d’apiculteur et d’apicultrice ( 😉 est complètement saisonnier !

Au printemps et en été, les abeilles fournissent le gros du travail avec la récolte du pollen et du nectar pour produire du miel et de la gelée royale. L’apiculteur assure un bon démarrage des colonies, maintien un bon état sanitaire au cours de la saison active et récolte les produits de la ruche.

Une fois les récoltes terminées, l’apiculteur commence la mise en hivernage avec le contrôle global des colonies afin d’assurer la mise en hivernage de colonies saines et fortes qui pourront redémarrer facilement à la sortie de l’hiver.

Enfin, en hiver, les colonies hivernent et l’apiculteur entretient son matériel pour la saison suivante.

Abeille qui butine une fleur
Pelote de pollen transportée par une abeille

4. Quelles sont les fleurs préférées de abeilles ? Peut-on dans notre jardin, semer des graines de certaines fleurs qui favorisent la venue des abeilles ?

Les abeilles sont attirées par les fleurs produisant pollen et nectar, sources respectivement de protéines et de sucre pour la colonie. Toutefois, même si toutes les plantes à fleurs produisent du pollen, elles ne produisent pas toutes du nectar… C’est le cas par exemple du mimosa ou des roses. Également, le nectar de certaines plantes n’est pas accessible aux abeilles car il est placé au fond de la fleur tubulaire. Ce nectar sera accessible par les papillons à longues trompes. Ainsi, en apiculture les plantes d’intérêts sont appelées les plantes mellifères, sécrétant pollen et nectar accessible aux abeilles.

Dans nos jardins, une multitude de plantes à fleurs peuvent être plantées ou semées pour assurer le couvert à nos abeilles et tout autre pollinisateur ! Par exemple, la menthe, le romarin, le thym, la verveine sont des plantes aromatiques très appréciées ! Il est également intéressant d’avoir des végétaux dont les floraisons s’étalent sur toute la saison, afin de fournir une nourriture sur le long terme aux pollinisateurs…Par exemple, le chèvrefeuille fleurit de mai à juin, alors que le lierre permet d’assurer une source en pollen et nectar de septembre à novembre…

5. Qu’est ce qui au contraire peut faire fuir les abeilles ?

L’absence de fleurs ! Je n’ai pas connaissance de plantes qui repoussent les abeilles, si elles existent…

6. Quelle distance peut parcourir une abeille pour aller butiner ?

Une abeille butine globalement dans un rayon de 800 m autour de la ruche, et elle peut parcourir jusqu’à 3 km pour butiner une source mellifère si celle à proximité n’est pas suffisante ou moins attractive.

7. Quels sont les plus grands prédateurs des abeilles ?  Comment les éviter si on a une ruche à la maison ?

Aujourd’hui, l’un des plus grands prédateurs (mis à part l’Homme !) de l’abeille est le frelon asiatique… Malheureusement, il n’existe pas encore de solution miracle pour se prémunir de cet hyménoptère… Des guides proposent la mise en place de piège à frelons, ou encore des systèmes de protections des ruches elles-mêmes (grilles d’entrée, grillage…)

Les plans de luttes ne sont pas en place dans toutes les régions et il incombe souvent à chaque apiculteur de se débrouiller.

Abeilles entrant dans la ruche
Retour à la ruche des abeilles butineuses

8. Picadelo s’adresse à des jeunes enfants âgés de 3 à 7 ans. Quels conseils leur donner pour éviter qu’elle les pique et dans quel cas une abeille pourrait les piquer ?

Surtout ne pas paniquer ! Une abeille n’a pas vocation à vous piquer lorsque vous ne l’embêter pas ou que vous n’êtes pas en train de lui « voler » son miel dans sa ruche ! En outre, l’abeille ne pique qu’une fois et meurt après vous avoir piqué… Donc elle ne piquera qu’en cas de légitime défense. Ce qui n’est pas le cas de la guêpe qui peut piquer à tout va (cela réside dans la morphologie du dard de l’abeille, cranté, qui s’accroche à la peau, comparé au dard lisse de la guêpe).

9. Que faire si on se fait piquer par une abeille ? (Remède de grand-mère ?) Les réactions sont elles différentes d’un individu à l’autre ? A quel moment doit-on s’inquiéter et se rapprocher d’un médecin ?

Il ne faut pas retirer le dard en le prenant avec les doigts ou une pince à épiler ; le venin contenu dans la poche à venin serait injecté dans la peau du malheureux piqué ! Il faut enlever le dard avec un couteau, dans le sens « du dard » (ou le sens du poil si plus visuel !).

Les réactions sont dépendantes de chaque individu et cela va de « rien du tout » au choc anaphylactique… Néanmoins, les réactions fortes ne sont pas non plus monnaie courante. Le mieux, si on ne sait pas si on est allergique, c’est de surveiller la zone de la piqûre. Si elle enfle rapidement, il faut effectivement se rapprocher au plus tôt d’un médecin qui pourra prescrire un antiallergique et de la cortisone !

10. De plus en plus de familles, décident d’installer une ruche dans leur jardin pour encourager la pollinisation et protéger l’éco-système. Les abeilles vont-elles naturellement s’installer dans une ruche posée dans un jardin ?  Si non, comment attirer un essaim ?

Je ne pense pas qu’il soit suffisant de mettre une ruche pour attirer les abeilles… Après, cela arrive qu’elles viennent s’installer dans une ruche vide laissée sur un rucher… Il existe sur le marché des attractifs à abeilles, mais j’avoue ne jamais avoir testé ! Si on souhaite une ruche au jardin, le mieux et le plus rapide est de se rapprocher d’un apiculteur !

du miel
Le miel principal produit de la ruche

11. N’y a t-il qu’une seule reine par ruche ? Comment un nouvel essaim se crée ?

Oui, une colonie est constituée d’une seule reine, des ouvrières et des faux-bourdons.

Naturellement, les colonies se multiplient par l’essaimage : dans une colonie où la reine commence à vieillir, les ouvrières élèvent une nouvelle reine. L’ancienne reine quitte la ruche accompagnée d’une partie des ouvrières de tout âge pour former un essaim. La jeune reine dans la ruche initiale remplacera l’ancienne, et la colonie reformée commencera son développement.

12. Qu’est ce que la gelée royale ? Qu’apporte-t-elle aux abeilles et à l’homme ?

La gelée royale est produite par les jeunes ouvrières de 5 à 15 jours environ. La gelée royale constitue la nourriture des larves lors de leurs premiers jours de vie, sauf pour la reine qui reçoit cette nourriture au stade larvaire et tout au long de sa vie. Egalement, la composition de cette gelée varie entre les castes et celle des futures reines est spécifique. Le fait qu’un œuf, issu de la même reine, donne une ouvrière ou une reine est un phénomène qui n’est pas complètement élucidé… Néanmoins, la taille de la cellule royale, plus grosse que celle des ouvrières, la composition de la gelée royale et son apport tout au long de la vie de la reine sont des facteurs influant sur le développement d’un œuf en future reine…

Pour nous, les Hommes, la gelée royale est un formidable complément alimentaire qui permet de fortifier notre système immunitaire.

En ce moment chez Picadelo : la Box qui fait Bzzzzz !

Découvrez dans le magazine Picadelo, la vie passionnante des abeilles, leurs rôles dans la ruche, pourquoi elles sont si importantes pour nous les hommes.

Ce mois-ci, les enfants pourront fabriquer 2 bougies en cire d’abeille et créer une fleur des champs en papier de soie.

Et plein d’autres surprises, jeux et activités vous attendent dans cette box « Les abeilles »…